Dictionnaire généalogique des pionniers !
Généalogie des familles de défricheurs établis dans les cantons Kingsey, Melbourne, Shipton et Tingwick des origines à 1840

La mission Sainte-Bibiane-de-Shipton est la plus ancienne mission catholique des Cantons de l'Est. Une chapelle en bois rond construite en 1824 sur la montée Brandt du canton Shipton aux frais de la communauté catholique et à la demande de Mgr Signay évêque de Québec, a servi de pied à terre et d'abri aux prêtres missionnaires qui faisaient leur navette pastorale à travers les cantons situés entre le village de Drummondville et le village de Sherbrooke. Privés de leurs pasteurs, certains couples de culte protestant et d'autres couples vivant maritalement, faisaient aussi baptiser leurs enfants dans la chapelle de la mission Sainte-Bibiane par le prêtre missionnaire catholique de passage. Certains de leurs enfants morts-nés ont aussi eu une sépulture catholique et ont été inhumés dans le cimetière de la montée Brandt, connu localement aujourd'hui comme le Brandt Hill Cemetery, mais dans les faits, le cimetière catholique de la mission Sainte-Bibiane aujourd'hui situé en forêt dans la ville de Cleveland sur un terrain acheté en 1824 par l'abbé John Holmes représentant alors le diocèse de Trois-Rivières à la demande de Mgr Signay précité, terrain qui appartient encore aujourd'hui à la fabrique paroissiale Sainte-Bibiane de la ville de Richmond.

La chapelle Sainte-Bibiane fut exclusivement de culte catholique. Elle a été détruite par un incendie en 1840. Accident ou crime ? 195 ans plus tard, il ne reste du cimetière catholique de la montée Brandt que quelques pierres tombales en ardoise lesquelles sont aujourd'hui un patrimoine religieux abandonné en pleine forêt par insouciance ou par ignorance des familles concernées.

Depuis ses débuts en 1801, le canton Shipton était majoritairement constitué de familles anglophones de culte protestant vivant pour la plupart au «Bord de l'eau» (le Water Front) près de la rivière Saint-François, éventuellement devenu les villes de Richmond et de Melbourne. Une première église anglicane fut construite dans le canton Shipton vers 1830 sous le vocable Sainte-Anne; l'église anglicane Sainte-Anne de la ville de Richmond est le deuxième bâtiment construit au même endroit en 1889.

Les premières familles catholiques ne sont apparues dans le canton Shipton que vers 1824 et plus nombreuses par la suite, vers 1838, avec les immigrants irlandais venus de Québec ou de la Grosse-Île.

La vaste majorité des familles catholiques francophones se sont d'abord établies dans le canton Wickham, canton Durham, canton Kingsey (éventuellement Saint-Félix-de-Kingsey) et en moindre nombre dans le canton Warwick, canton Tingwick, canton Shipton et canton Melbourne. La première paroisse catholique des Cantons de l'Est a ouvert ses registres en 1829 à Saint-Pierre-de-Wickham déplacée à Saint-Pierre-de-Durham (L'Avenir) en 1844, lieu peuplé à l'origine par des familles Abénaquis que le missionnaire Michael Power avait surnommé «le village des Sauvages».

Puis, en 1842, ce fut la paroisse Saint-Félix-de-Kingsey qui prenait son essor depuis 1832, Sainte-Bibiane-de-Shipton (Richmond) en 1851 depuis 1824 et Saint-Patrice de Tingwick en 1857 depuis 1834. Ensuite, Saint-Fulgence de Durham-Sud en 1864, Sainte-Anne de Danville en 1866, Saint-Philippe de Windsor en 1873, Saint-Aimé de Kingsey Falls en 1875 et Saint-Aimé d'Asbestos en 1897.

Au début de la colonisation du canton Kingsey en 1802, la population catholique est rapidement devenue majoritaire et francophone. Avant de devenir le village actuel de Saint-Félix-de-Kingsey, ce lieu fut surnommé The French Village par les anglophones des cantons voisins. Une première chapelle fut ouverte en 1832 sous le vocable Saint-Félix-de-Kingsey desservie par voie de mission jusqu'à l'ouverture du premier registre paroissial en 1842.

Messagerie










Protection contre le pollupostage automatique des robots collecteurs,
un message humain seulement serait apprécié!

S.V.P. Il faut cocher l'image différente ci-dessus pour pouvoir envoyer un


Cet outil généalogique est traduit en français et mis en ligne par Jacques Blaquière
Richmond (Québec) Canada J0B 2H0


Publication généalogique réalisée avec The Next Generation of Genealogy Sitebuilding ©, v. 12.0.3, une création de Darrin Lythgoe 2001-2019.

Droits réservés © Les éditions Administration. | Politique de confidentialité.


Le vocabulaire utilisé dans cette publication québécoise s'inspire autant que possible
du Traité de généalogie de René Jetté 1944-2003.