Les défricheurs des cantons !
Les premières familles établies dans les cantons Kingsey, Melbourne, Shipton et Tingwick depuis 1800 jusque 1840

Un dictionnaire généalogique réalisé par Alain Fortier et Jacques Blaquière, généalogistes de la Société de généalogie des Cantons de l'Est


Bienvenue dans la colonisation des Cantons de l'Est !

Le premier et le plus ancien cimetière catholique des Cantons de l'Est (1824)

Le cimetière de la Mission Sainte-Bibiane était adjacent à la terre d'un colon presbytérien d'origine écossaise nommé Peter Brandt (1776-1851) qui devait, selon la coutume de l'époque, entretenir le bout de chemin qui passait sur sa terre et qui donnait accès au cimetière de la mission d'où le nom de Brandt Hill Cemetery (Cimetière de la Montée Brandt). Le cimetière de la Mission Sainte-Bibiane est le premier cimetière catholique des Cantons de l'Est. Ce cimetière est maintenant abandonné en pleine forêt par la fabrique Sainte-Bibiane de Richmond qui devait en assumer l'entretien depuis 1929. Le terrain et le cimetière appartiennent toujours à la fabrique Sainte-Bibiane de Richmond.

Le Canton de Shipton ouvert en 1802 était un immense territoire et le culte catholique était desservi par des prêtres-missionnaires qui faisaient la navette entre Drummondville et le Canton d'Ascot (village de Sherbrooke). La mission relevait en ce temps-là du diocèse de Trois-Rivières.

La bénédiction de la chapelle en bois rond de la Montée Brandt a eu lieu en 1829, par l'abbé missionnaire Michael Power, mais les offices religieux avaient parfois lieu dans la maison des colons dont celle de John Mulvena, à Richmond, et celle de George Johnston, à Tingwick. Certains colons se faisaient aussi inhumer sur leur terre. La chapelle de la Mission Sainte-Bibiane a été incendiée en 1840.

Le Canton Shipton englobait en totalité le territoire actuel des villes de Richmond, Cleveland, Danville et Asbestos. Les familles de colons étaient presque toutes dispersées et isolées les unes des autres. Au début de la colonisation, il y avait peu ou pas de routes pour voyager, plutôt des sentiers amérindiens, et on voyageait surtout l'hiver sur les cours d'eau gelés. Il n'y avait aucune agglomération municipale officielle comme celles que nous trouvons aujourd'hui dans ce grand territoire. Un premier bureau de poste a ouvert en 1820 près de la rivière Saint-François sous le nom de Dépôt postal Richmond et ce nom a été retenu par la suite pour désigner la ville actuelle de Richmond qu'on désignait alors sous le nom de Water Front (Bord de l'eau).

Messagerie

email imagePour les questions, commentaires ou suggestions sur cette activité généalogique, il faut cliquer sur "CONTACT" pour nous envoyer un message. Il nous fera plaisir de vous répondre.



Le langage original de cet outil généalogique
est traduit en français du Québec et mis en ligne par Jacques Blaquière
Richmond (Québec) Canada J0B 2H0


Publication généalogique réalisée avec The Next Generation of Genealogy Sitebuilding v. 12.3, une création de Darrin Lythgoe © 2001-2020.

Droits réservés © Les éditions Jacques Blaquière. | Politique de confidentialité.


Le vocabulaire utilisé dans cette publication québécoise s'inspire autant que possible
du Traité de généalogie de René Jetté 1944-2003.